dimanche 25 mars 2012

Inédit: Oswald dans "Hungry Hobos"


Les dessins animés muets de Disney sont suffisamment rares pour qu'ils méritent notre attention. Et il y en a eu beaucoup depuis fin novembre dernier, date où un dessin animé jusqu'ici considéré perdu depuis la deuxième guerre mondiale, Hungry Hobos ("Des vagabonds affamés") avec Oswald le lapin chanceux.
Tout d'abord, un peu de contexte: Oswald a bénéficié d'un certain regain de popularité depuis le rachat du personnage par Disney en échange d'Al Michaels en 2006. Disney s'est employé à faire revenir le lapin sur le devant de la scène aux côtés de Mickey, surtout avec les jeux vidéos Epic Mickey et sa suite officiellement annoncée hier où un deuxième joueur pourra incarner le lapin chanceux en plus de Mickey. Tous les dessins animés qui ont survécu sous une forme ou une autre sont restaurés et sortis sur DVD après une quête des copies existantes - pour la plupart ce sont les seules qui existent à ce jour.

Mais récemment, fin novembre 2011, pendant un séance routinière de répertoriage des archives au sein de Huntley Film Archives, basé dans Herefordshire à l'ouest du Royaume-Uni, un film que l'on croyait perdu depuis la Seconde Guerre Mondiale a refait surface d'une manière inattendue. Il s'agit de Hungry Hobos, un dessin animé sorti en 1928, réalisé par Walt Disney, avec Oswald le lapin chanceux. La découverte a fait grand bruit lorsque que le film est mis aux enchères par Bonhams à Los Angeles le 14 décembre, faisant les titres de grands médias comme la BBC.
Les images du film incluent Pete se servant du derrière d'Oswald pour faire cuire des oeufs ou Oswald récupérant des oeufs à l'intérieur d'une poule en ayant pris soin de détacher la tête de cette dernière comme on ouvre une bouteille (!):

Les photos ont été prises depuis l'écran de la visionneuse par les projectionnistes avec leur appareil photo.

Le film, dû à sa nature de "film perdu jusqu'à récemment", a donc été estimé à 25000 livres sterling (≈30000 euros), un montant faramineux vu la nature de ce film de sécurité, au format 16mm, qui dure 5'21" en 24 fps (une durée bien courte si l'on compare au temps de projection moyen des dessins animés Oswald de Disney en 24fps estimé entre 6'00" et 7'00", si ça se trouve le film peut ne pas être complet), dont on ne connaît même pas la condition exacte et dont on n'est pas certain qu'il tombe entre de bonnes mains. Mon collaborateur et ami Tom Stathes (un chercheur passionné dévoué à l'animation de la période du muet, grand spécialiste des dessins animés des studios Bray, un des premiers studios d'animation) a publié un excellent article sur ce sujet ici (ATTENTION le post est en anglais). La raison d'être d'un film est d'être vu par le public, la collection de films est souvent une passion qui réclame de l'argent, du temps et un travail de recherche et les films ne doivent pas être traités au même titres que des oeuvres d'art, et une archive de film n'a pas vocation à céder ses possessions à des enchères accessibles à n'importe qui, fusse-t'il pour renflouer ses caisses, surtout pour une fortune. Ce genre d'enchère relayé par les médias risque de faire des émules; ceci, avec la propension des détenteurs des films et des commissaires à la vente de penser que des films rares ou d'une condition exceptionnelle valent une petite fortune, risque à moyen terme de nuire au travail des chercheurs individuels spécialisés qui tentent de documenter l'histoire du film et d'exposer le film au public par tous les moyens, souvent au-delà du légal.
Le film s'est finalement vendu 31250 dollars (≈20250 livres ou 24225 €), soit au-dessous de l'estimation initiale.

Mais, dernièrement, on a appris il y a quelques jours via Warren Spector (créateur de Deus Ex et d'Epic Mickey et grand fan de l'univers Disney) que c'est Disney qui a acquiert le film lors de l'enchère. Tout est bien qui finit bien... pour l'instant. Quant à l'éventualité que ce film fasse partie des unlockables d'Epic Mickey: Le Retour des Héros, Warren n'a fait aucun commentaire à ce sujet. "No comment". Plus d'infos ici (ATTENTION article en anglais)
Bien que le film soit désormais en sécurité et entre de bonnes mains, on ne peut que regretter qu'il eusse fallu dépenser une fortune pour un film qui peut exister en plusieurs exemplaires (le format 16mm était très répandu chez les loueurs de films de l'époque), qui n'est pas un négatif (le négatif original a été détruit dans les années 40 après que Margaret Winkler, productrice des dessins animés "Oswald" entre 1927 et 1929, n'eusse plus les moyens de stocker et entretenir les négatifs de tous ses films composés de nitrate, un produit très inflammable; son voisin, un certain Dick Huemer, animateur et storyman chez Disney, proposa de racheter les négatifs sans succès); qui n'est certainement pas de la meilleure condition qui soit et qui risque de passer une bonne partie de sa vie dans des chambres fortes en attendant une éventuelle restauration et une sortie sur DVD ou Blu-Ray pour la joie du public. Le film sera projeté une fois lors d'un événement Epic Mickey à Austin au Texas (siège du développeur Junction Point Studios), et ce sera probablement la seule fois…
La raison pour laquelle le film a été vendu pour cette somme colossale a été très probablement de dissuader les collectionneurs et chercheurs dévoués de miser sur ce film afin d'être sûr que ce soit Disney qui se porte acquéreur du film. Disney a fait un énorme travail de localisation de chaque élément qui puisse être lié à Oswald, est c'est encore Disney qui a démarché le plus pour acquérir chaque élément Disney qui n'est pas en la possession des studios, il convient donc de ne pas cracher sur Disney. De plus, il est probable que Disney sorte le film sur un support commercial, sur DVD ou Blu-Ray. Quoi qu'il en soit, on peut craindre que l'acquisition de films rares ne se transforme en vulgaire enchères d'oeuvres d'art réservées à une clientèle fortunée ou au propriétaire des droits du film, si droits d'auteur ou d'exploitation du personnage il y a.
Mais cela ne doit pas décourager le collecteur lambda d'aller chercher des indices qui pourraient mener à la localisation d'un élément rare ou présumé manquant (parce qu'un film rare peut se cacher derrière un titre en langue étrangère par exemple), et de faire tout son possible pour exposer sa découverte au public — et inciter le(s) propriétaire(s) des droits à sortir le film pour un large public.

Libellés : , , , ,